Katmandou au Népal

nepal_katmandou

Katmandou au Népal, quand les copains arrivent enfin !

Une journée interminable

Dans le bus de nuit, j’essaie de dormir mais le sommeil et assez léger. Tellement qu’à minuit pile je réveille Clemens (l’Allemand avec qui je voyage) et lui souhaite “zum geburstag viel glück”. 19 ans et le mec voyage autour du monde.

Avec les bus de nuit, il existe une sorte de paradoxe : on espère souvent qu’ils seront en retard. Y’a rien de pire que d’arriver à 4h du matin dans une ville que tu ne connais pas. En l’occurrence, avec Clemens on a pas été chanceux. Après avoir passé la nuit entourés de vomis, nous avons eu la malchance d’arriver en avance. A 4h30 du matin, sur un périphérique sombre alors qu’il ne faisait plus très chaud. On se doutait que nos auberges respectivesm ne seraient pas encore ouvertes, alors nous avons marché jusqu’à la gare routière pour nous poser et attendre. 2h, dans le froid, épuisés par la route, chaque minute passant comme durant les heures de méditation : BEAUCOUP TROP LENTEMENT.

Finalement on décide de partir vers 6h30, on fait un bout de chemin ensemble et on se sépare en se disant qu’on se trouvera plus tard pour le petit déjeuner. J’arrive enfin à mon auberge que je trouve trop belle, ça change de Pokhara. Le monsieur est présent et me fait un accueil … improbable. Culturellement une fois que tu comprends que ton pays n’est pas le centre de monde, et que ce que tu considères comme de la politesse n’est pas la norme mondiale, tout se passe bien.  Il est expéditif et parait froid aux premiers abords, mais insiste pour que je m’installe sur le canapé et que je me repose, finalement il m’offre même le thé. Je décide de faire une surprise à Maeva et d’aller la chercher à l’aéroport, même si j’ai eu une nuit courte, voire inexistante.

Arrivée à l’aéroport je me rends compte qu’à l’arrivée ils n’ont pas le wifi…. l’attente va être longue (genre, longue comme le film Le Terminal) surtout que son avion qui devait atterrir à 9h40 est retardé….. il devrait arriver à 11h10 et finalement arrivera à 11h40. MAIS BIEN SUR RIEN N’EST SIMPLE AVEC MAEVA. Alors voilà que pour son Visa madame devra attendre juste 3h….  Oui vous avez bien lu, j’ai attendu madame pendant 6h… J’étais épuisée et j’ai limite fondu en larmes en la voyant.

Heureusement, pendant l’attente j’ai fait la connaissance d’un petit garçon de 7 ans qui m’a tenu compagnie pendant près de 2h. Il m’a demandé à jouer avec mon téléphone, puis avec ma GoPro, puis avec mon casque en attendant son papa qui revenait de voyage. En le voyant il a crié son nom et a sauté dans ses bras et j’ai eu l’espace d’un instant l’impression d’être dans le film Love Actually.  😆

Une fois Maeva avec moi on a joué au petit budget et on a pris le bus pour rentrer. 25 roupies au lieu de 1000, on est bien.

On s’installe à l’auberge et on attend Diana  😀 , cette attente aussi a été longue. On s’est forcée à sortir malgré la fatigue. L’auberge était dans le quartier du Thamel, The place to be, c’était donc une excellente nouvelle.

Le Thamel, le quartier touristique de Katmandou

Le Thamel c’est le quartier où sont situés tous les hôtels, auberges, boutiques, bars et restaurants “touristiques”… animé jusque tard le soir (tard le soir au Népal c’est 23h) on peut se balader assez tranquillement même si il y a beaucoup de travaux dans la ville. Ma vision des choses c’est que c’est cool qu’ils fassent des travaux, surtout qu’avec leurs problèmes sismiques ils en ont bien besoin. En avril 2015, un séisme d’amplitude 7,9 a causé beaucoup de dégâts. Le séisme a été ressenti jusqu’à Delhi !

nepal_katmandou

Avec Diana et Maeva, nous avons passé notre première soirée dans un bar terrasse, un groupe jouait pour l’occasion c’était vraiment sympa, un peu plus cher que la moyenne mais il y avait une vraiment bonne ambiance.

Nous sommes ensuite rentrées à l’auberge et Lisa et Paul nous ont très vite rejoins !! C’est tellement cool d’avoir des potes qui me rejoignent sur une étape 🙂

Nagarkot, point de vue sur l’Everest … ou pas

Je suis sur un groupe Facebook qui s’appelle ” we are backpackeuses ” et ce groupe permet de demander des conseils sur tout ce qui concerne le voyage. Il permet aussi parfois de tromper sa solitude et de faire des connaissances quand on arrive seuls dans une ville. Je vous en avais déjà parlé lors de mon expérience de la fête des couleurs à Vrindavan en Inde. Cette fois j’ai rencontré Chiara qui a publié un message quelques jours avant parce qu’elle voulait des informations pour passer la frontière Inde / Népal.  Finalement on décide de passer la journée ensemble avec son ami népalais qui veut lui faire visiter.

Il faut savoir que si un népalais vous propose de visiter et qu’il n’est pas guide de profession, il y a de grandes chances qu’il ne puisse pas vraiment vous aider… mais il nous a proposé de partir nous promener vers Nagarkhot et en l’occurrence, un guide nous avait fait un devis pour ce point de vue… c’était bon signe on a donc suivi notre ami “Ali”.

A vrai dire, je mets Ali entre guillemets parce que finalement le soir je me suis rendue compte qu’il ne s’appelait peut-être pas comme ça. Mais pour la suite de notre intrigue nous garderons ce nom.

Le plan est simple rejoindre Chiara à la station de bus, prendre un premier bus qui va nous déposer à Bakhtapur où nous rejoindrons Ali puis randonner jusqu’à Nagarkhot, qui selon maps.me est à 4h30 de marche, ce qui nous semble correct.

Sans encombre donc nous rejoignons Chiara, elle est belle et elle parle jusque 4 langues… un français parfait, un italien parfait, un allemand pas mal du tout vu qu’elle vit en Allemagne et un anglais bien meilleur que moi. J’adore.

Quand nous arrivons à Bakhtapur, on se rend compte qu’il y a malentendu : “Quoi ?! on va pas marcher jusqu’à Nagarkhot ! C’est beaucoup trop loin !”. On prend donc un bus en suivant les conseils d’Ali. Après une demie-heure de bus, on descend, non pas parce qu’on est arrivé mais parce que Lisa a le vertige. C’est une bonne nouvelle on peut enfin marcher. On comprend vite que pour Ali marcher n’est pas une distraction, il comprend pas vraiment le concept de se déplacer lentement quand on peut prendre le bus. Finalement, il se prend très vite au jeu et nous voilà à grimper cette montagne pour avoir si nous avons de la chance la superbe vue sur l’Everest. On voit sur le chemin un monument bouddhique particulièrement beau, on explique à Ali qu’on veut le visiter (il semblait ne pas comprendre spécialement pourquoi nous voulions nous arrêter  😆 )

nepal_katmandou

nepal_katmandou

Sur la route je vois passer une voiture Croix-Rouge népalaise. Je ne vous en dis pas plus puisque ça fera l’objet d’un prochain article. Mais j’ai fini ma randonnée avec une bouteille de 2,25 litres de Pepsi.

Finalement nous sommes arrivés sur le fameux point de vue… et manque de bol, la météo n’était pas bonne… on n’a donc pas eu la joie immense de  voir le sommet du monde. Mais comme dit Paul

“On a au moins regardé dans sa direction”

Sur le retour le plan était aussi très simple : marcher jusqu’à la station de bus, prendre le bus qui nous ramènera à Bakhtapur puis prendre celui qui nous ramenera à Katmandu. Rajoutez à ce plan très simple 2 contraintes : le temps, les derniers bus partent à 18h et la notion très flou du temps d’Ali. Ajouter en carte bonus pour nous aider la réactivité de Chiara et vous vous retrouvez avec un belle aventure digne du “tour du monde en 80 259 jours”.

Nous sommes donc à la station de bus et notre bus est là, juste devant nous, beau comme un dieu bus grec. Sauf que voilà… Ali décide que la route est trop effrayante pour Lisa (qui je pense s’en foutait un peu), il nous dit donc qu’il connait un raccourci et qu’on peut donc être à la station plus bas en 40mn… je sens le truc pas net mais on y va parce qu’on aime bien se compliquer la vie. Après 45mn de marche, il est 17h20 et je décide enfin d’écouter mon instinct et de regarder ce que maps.me dit de ce raccourci. Dieu Maps.me me répond : “ceci n’est pas du tout un raccourci c’est juste la seule route qui existe et d’ailleurs que tu as pris à l’aller, il n’y aura donc pas de surprise si je t’annonce qu’il te reste encore 1h15 de marche :)”. Vous aurez compris que maps.me n’a pas un vocabulaire si développé et que l’information était plus directe. Je commence un peu à m’agacer, et je commence donc à alerter les autres… mais Ali insiste : ” je te promets je le fais souvent et j’ai toujours mis 45mn” dit le monsieur qui n’a pas de montre.

Après quelques minutes nous comprenons tous que c’est mort pour le dernier bus. On sait qu’à cette allure on arrivera jamais et la nuit commence à tomber ce qui ne va pas aider… On aperçoit un pick-up, Chiara fonce et demande s’il accepte de nous descendre tous les 7 jusqu’à la fameuse station. Il accepte. On est trop heureux on monte donc à l’arrière et on profite du vent et de la chance qu’on a, on est euphoriques. On fait plusieurs arrêts et on récupère les travailleurs sur la route… on finit quasiment tous debout dans le coffre du pick-up qui transporte deux moteurs de voitures. Je crois qu’on est près de 14. Finalement il nous arrête à la station mais nous avons râté le dernier car, il accepte donc de nous déposer à la Bakhtapur. C’était un moment assez magique, nous à l’arrière d’un pick-up à regarder le soleil se coucher, puis une superbe lune en chantant des chansons sous le regard médusé des locaux qui ne comprenaient pas vraiment ce qu’il y avait de si cool.

Il fait nuit,  on se dit qu’il nous faut juste trouver un car pour Katmandou, c’est la capitale ça devrait être simple non ? Ali arrête plusieurs bus, puis finalement nous dit de monter dans l’un d’eux. Apparemment il habite à Bakhtapur pourquoi monte-t-il avec nous ? Peu importe on est dans un bus. Sauf qu’après quelques minutes il nous fait descendre … que se passe-t-il encore ? Il arrête à nouveau des bus et on monte dans un autre… puis au bout de quelques minutes, on redescend, on commence à se demander si il sait où on va ? On est crevé, on veut juste rentrer…

On commence à brancher nos maps.me, notre cerveau et on commence à demander aux bus “Katmandou ? Thamel ?” ? Le truc c’est que lui cherche un bus qui nous emmènera à Thamel absolument, alors que nous on veut juste aller à Katmandou, dans la ville elle-même on s’arrangera. Je perds patience et lui demande ce qu’il se passe, lui aussi est saoulé mais ne veut pas admettre qu’il ne sait pas ce qu’il fait. Après 3 changements dont un parce que je me suis rendue compte que le bus n’allait même pas à Katmandou et qu’on a décidé de descendre sans même avoir fait 5m avec le bus…. nous sommes arrivés à Katmandou, à 30mn à pied de l’auberge. Nous nous sommes séparés là, Chiara n’étant pas loin de son auberge et lui souhaitant la raccompagner. nepal_katmandou

[ENTRACTE – 10 JOURS DE VIPASSANA (lire l’article en cliquant ici)]

une journée à Katmandou

A notre retour de Vipassana, notre plus grand luxe c’est de pouvoir parler. Il nous reste peu de temps et on veut vraiment visiter la capitale, même si on doit admettre qu’on est quand même fatigués par ces 10 jours intenses de méditation (je vous assure que ça n’a rien de reposant). On décide donc de visiter, un parc, un temple et la vieille ville.

On commence par un parc très mignon, bien qu’un peu petit pour moi. Tout le monde est sous le charme et on s’y pose donc quelques minutes, mais on a une grosse journée alors on ne peut pas chiller trop longtemps.

La vieille ville ou Basantapur Durbar Square

Un guide nous aborde, je dis aux autres qu’il ne faut surtout pas être intéressé, puis j’entends le prix et la proposition… Un tour avec lui de 45mn / 1h c’est 250 roupies, nous sommes 5. Je vous en prie très cher nous vous suivons !

nepal_katmandou

Finalement on ne regrette pas du tout, il nous parlera de Kumari, la réincarnation d’une déesse qu’on aura l’occasion d’apercevoir (je vous parlerai plus amplement de Kumari dans un prochain article, y’a beaucoup trop à dire). Notre cher guide nous emmènera aussi aux meilleurs spots pour les photos, nous expliquera que les sculptures porno sur les temples c’était pour l’éducation sexuelle des enfants (on est rassurés), nous expliquera les coutumes et les différentes catastrophes qu’a connue la ville. Après la visite il nous a montré la direction vers le Monkey Temple.

nepal_katmandou

Le monkey temple

nepal_katmandou

Si vous avez lu tous mes articles sur l’Inde (notamment celui sur Jaipur) vous devez savoir que les Monkey Temple j’en ai vu pas mal. Par contre, les filles et Paul, eux non, si ce n’est les singes du Vipassana, mais ce n’était pas vraiment les plus amicaux. On est donc motivés pour y aller. A l’arrivé je ne sais pas encore si j’adore ou si je déteste à cause des millions de marches qui vont nous permettre d’atteindre le temple. Finalement ça passe bien, c’est dur, ça donne le vertige mais a priori c’est gratuit (on a pas vu de ticket counter).

Je voudrais caser ici un petit coup de gueule. Pourquoi ici ? Parce que c’est sur les marches de ce temple que tout s’est passé ! Nous sommes donc sur les marches d’un temple BOUDDHISTE, où donc les bouddhistes viennent méditer, prier et se recueillir. Nous montons les marches avec difficulté et durant l’ascension de notre petit everest personnel, nous rencontrons un petit groupe de backpackeurs, guitare à la main, ils chantent, ils sont mignons. On ralentit un peu et une fille du groupe vient nous parler. D’où vous venez ? Depuis combien de temps vous êtes là ? ET LA… la question. Vous venez pour des raisons religieuses dans ce temple ? Et là on comprend ce qu’ils se passent, on se rend compte que depuis tout ce temps le mec chante du gospel et ce groupe n’est là que pour parler de Jésus aux gens qui souhaitent visiter le temple bouddhiste. [Merde les gars, vous venez au Népal, sur les marches d’un temple et vous dans votre irrespect le plus total, vous venez faire du prosélytisme ? Sérieux ?!]

Bref, on continue notre route et arrive à la 345 marche sur les 365 qui nous mènent à ce fameux monkey temple, et c’est ici, une fois essoufflée, fatiguée et surtout trop effrayée pour descendre de ce côté qu’on te demande de payer 200 roupies. Je précise qu’on se rend finalement compte que la descente de ce côté est interdite ou en tout cas très vivement déconseillée car dangereuse. Bref, un piège habituel. Le temple reste très beau et la vue sur Katmandou irréelle.

nepal_katmandou

On continue notre route, le guide nous avez parlé d’un point pour récupérer le bus pour Bakhtapur, on arrive à ce point et on remarque un Bouddha géant dans le coin, finalement il n’est pas seul et on décide de rentrer voir de plus près le monument. C’est parti pour Bakhtapur !

nepal_katmandou

le nouvel an népalais… ou pas

Et c’est parti pour le nouvel an népalais, vous ne le savez peut-être pas mais au Népal, on est en 2075. Oui ils sont un peu en avance sur nous… Cet événement appelé le Bisket Jatra est particulièrement important dans le village de Bakhtapur, un népalais rencontré durant le Vipassana nous a dit qu’il ne fallait pas manquer ça, d’ailleurs il y vit et nous propose de nous faire visiter à nous et particulièrement à Ed Sheeran… il faut savoir que les premières paroles que Paul a entendu après 10 jours sont  : “tu ressembles trop à Ed Sheeran” fin de citation.

nepal_katmandou

J’ai reservé une nuit en guest house et j’ai fait le choix du prix. Parfois le choix du prix n’est pas le choix le plus sage. Nous arrivons à Bakhtapur à 21h20, tout commence à fermer et nous ne trouvons pas de lieu où manger. Pourtant c’est le réveillon ça devrait être la fête ici. Nous avons 20mn de marche pour aller jusqu’à la guest house qui est un peu excentrée, finalement on se met en route en espérant que le lieu fait aussi restaurant. On a vraiment faim. On allume nos lampes de poche, parce que les chemins sont sombres et on arrive sur une road, elle est assez large mais pas vraiment éclairée, on se dit que ça sera cool pour observer les étoiles puis on commence à sentir une odeur … spéciale. On se dit que c’est quand même étrange d’avoir cette odeur aussi forte on rallume les lampes et là on remarque qu’on est entourés de champs de canabis. Après tout ce temps de marche au paradis de Bob, on se rend compte qu’on ne trouve pas l’auberge, en tout cas qu’elle n’est pas là où elle est indiquée sur maps.me.

Après avoir tourné pendant 20mn de plus, on arrête une moto pour demander de l’aide. Le mec nous dit qu’il pense que notre auberge est bien sur cette route mais à 1h de marche environ… Il propose d’appeler pour nous, mais le numéro n’existe pas. Après quelques minutes, il me dit qu’il va appeler son frère parce que lui ne parle pas très bien anglais. Son frère lui dit qu’il peut nous aider et Sujan propose donc de faire la route avec nous et de nous amener à son frère qui nous trouvera une chambre.

Je commence à être habituée aux gens qui sont tellement merveilleux qu’ils dépensent beaucoup d’énergie pour aider les autres. Mais tout le monde n’est pas si détendu… donc on finit par se demander si on ne va pas finir dans un guet-apens où il aurait appelé tous ses potes motards pour nous dépouiller. Mais pour le savoir, il faut le suivre. Je lui demande où on va exactement et il m’explique tout en me montrant sur la carte. On finit par arriver devant le plus grand temple de Bakhtapur. OK on est fatigués, mais on prend quelques secondes pour savourer l’instant, surtout qu’ici en effet, c’est le réveillon. On attend l’arrivée du fameux frère.

Quand il arrive enfin, je lui demande son nom : il s’appelle aussi Sujan (en fait non, il s’appelle Susan) et dans le doute je re-demande le nom de son frère : Sujan.

“Oui je sais c’est drôle, on est frère et nos noms sont pareil”

Là, j’avoue que je commence à avoir peur … si on se fait dépouiller et que la Police me demande : connaissiez-vous l’identité des deux agresseurs ? “Oui, ils s’appelaient tous les deux Sujan et ils étaient frères.”

Bon en l’occurence … après avoir marché dans les rues de Bakhtapur pendant près d’1h30 et après avoir vu ces deux messieurs se plier en 4 pour nous trouver un lieu “cheap” et de bonne qualité, je ne peux qu’être éternellement reconnaissante pour leur aide et pour leur gentillesse ! Ils ont juste sacrifié leur réveillon pour nous rendre service et nous ont trouvé un hôtel super, ils ont négocié le prix pour nous… bref des mecs géniaux.

nepal_katmandou

Le lendemain, on est fin prêts pour le défilé du réveillon qui est très réputé, apparemment deux temples créés les représentations des dieux Ajima d’un côté et Bhairav et Betal de l’autre. Les deux temples s’affrontent pour finalement atteindre la rivière. Il y a aussi une histoire de superstition et de mât mais cet article est déjà assez long  😆

En attendant le défilé on se promène dans la vieille ville, de jour… c’est vraiment sympa. Puis je commence à dire “c’est fou, c’est comme la vieille ville à Kat mais c’est gratuit”, puis on passe une barrière et quand on décide faire demi-tour… on nous demande de payer 1500 roupies. Parce qu’en fait… oui, on avait dormi dans une zone payante, mais arrivant de nuit les spots étaient tous fermés…

Gravement blasée de ne pas avoir été plus maline et tous un peu blasés… on a commencé à réfléchir. Le défilé commence à 16h… sauf que les petits loulous ont leur avion tôt le lendemain matin et qu’on ne peut pas prendre le risque de vivre un trafic perturbé surtout quand on se souvient du parcours du combattant que ça a été la fois précédente… on a donc décidé de partir. Et pour que notre frustration soit bien ancrée on a pris le bus à 15h30.

Le lendemain les copinous sont rentrés chacun leur tour avec chacun leurs aventures de voyage. Pour la suite c’est au prochain épisode au Cambodge !!

En bref

  • Le Thamel c’est vraiment cool
  • Il faut parfois lâcher prise et se dire qu’on ne peut pas tout faire ou voir, le Népal je n’ai encore rien vu.
  • Voyager avec ses potes c’est vraiment cool aussi !

Pour voir tous mes articles sur le Népal c’est ici ! 

*Il est possible que des fautes d’orthographe se soient cachées dans mon article :O. Je promets de relire mon article sous peu, en attendant vous pouvez m’envoyer un message XD*

nepal_katmandou

Community Manager en sac à dos !

1 commentaire

Laisse un petit mot doux ;)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :