Darwin en Australie

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

Darwin en Australie, une nouvelle façon de voyager [partie 1]

J’aimerais commencer cet article par un bref moment de silence en l’honneur de mes 3 mois passés en Asie. Une expérience unique qui m’aura beaucoup appris. Et bon…. prenons un moment pour savourer cette victoire : JE L’AI FAIT.

L’Australie aura été une expérience totalement différente des 3 premiers mois de mon tour du monde, une des raisons en est bien sûr le niveau de vie. Nous y trouvons donc des voyageurs différents et surtout beaucoup de français (pour ceux qui ont lu mes derniers articles c’est un peu l’histoire de ma réconciliation avec le voyageur français).

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

Pourquoi Darwin ? Darwin est une ville au nord de l’Australie qui ne connait pas l’hiver; en effet, entre juin et fin août c’est l’hiver en Australie (perturbant hein) mais pour Darwin c’est la saison sèche, donc la meilleure saison pour les locaux qui ont droit à un climat très pluvieux l’été. J’ai donc choisi Darwin pour 2 raisons :

  • C’est à 45mn de vol de Bali
  • Ça réduit mon hiver au minimum (c’est-à-dire seulement 1 semaine en Australie et un mois en Nouvelle-Zélande)

Arrivée en grande pompe

Un vol qui décolle à 1h20 du matin ça semblait être le truc rêvé : tu ne payes pas ta nuit, tu n’es pas dérangée par les beaux paysages donc tu peux dormir…. sauf que je commençais à être un peu malade. Très fatiguée et un peu fiévreuse je marche 30mn avec mon backpack jusqu’à l’aéroport, je me perds en cherchant une porte “M” alors qu’il n’y a apparemment que A, B, C. Puis j’attends pendant 2h l’ouverture de l’enregistrement.  Je décolle, ouf… un petit moment pour dormir.

Mon moment préféré dans le voyage : l’atterrissage (et pour ceux qui douteraient encore: oui c’est ironique). Il se trouve que celui-là fut particulièrement désagréable.

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

J’ai fait une demande de visa touriste, ce qui signifie que j’ai le droit de rester 3 mois mais que je n’ai pas le droit de travailler. Ce visa est gratuit et est rarement demandé par les jeunes qui viennent en général en Working / Holiday Visa.

A l’aéroport de Darwin, il existe deux manières de passer la frontière : la version classique où vous passez devant un agent, ou la version moderne si vous avez un passeport biométrique avec un simple scan de votre passeport. J’ai bien sûr tenté la 2ème version , car beaucoup moins de personnes faisaient la queue.  J’essaie bien de passer mon passeport, mais ça ne fonctionne pas! Je ne suis pas vraiment inquiète le monsieur devant moi s’étant heurté lui aussi à la malédiction du guichet automatique.

J’attends donc pour voir un agent, et c’est là que ça devient marrant. Je lui tends mon passeport et le petit questionnaire où j’avais déclaré avoir été visiter des cascades. Elle bloque sur mon passeport. Elle regarde la photo, moi, la photo, moi… 4 ou 5 fois. Là je ris un peu jaune, je ressemble rarement autant à ma photo de passeport qu’à ce moment précis : je ne porte pas mes lunettes, j’ai mes cheveux en bataille et j’ai l’air hyper fatiguée. Mais apparemment j’ai du énormément changer parce qu’elle semble douter de mon identité. Sans un sourire elle m’explique que je vais devoir passer une petite “interview”.

Elle garde mon passeport et je patiente pour rencontrer un monsieur qui peut-être aura les yeux en face des trous.

“Bonjour madame, alors comme ça vous venez voyager en Australie ?” -Oui

“Pourquoi faire ?” –Visiter

“Et pourquoi vous visitez?” -Je fais un tour du monde

“Et vous repartez quand ?” -Dans un mois

“Vous avez une preuve ?” -Mon billet

“Montrez-le moi” -Voici

“Et comme ça vous avez visité des rizières…” -Des cascades

“Bon ba on va devoir fouiller votre sac. Mais avant ça je vais prendre vos empreintes digitales et les comparer à votre passeport” (apparemment c’était bien mon passeport)

Petit passage du chien. J’attends à nouveau et enfin une personne aimable :

“Bonjour, alors comme ça on a visité des rizières ?” -Des cascades

“Bon on va fouiller un peu votre sac” Je tente une blague -Rassurez-vous je ne les ai pas amenées avec moi”

Il rit, je me détends. “Vous êtes française ? Mon grand-père l’était”

Il regarde juste à la surface et referme. “Faites bon voyage Madame.”

Je vous avoue qu’à ce moment là, vous vous demandez vraiment qu’est ce qui a bien pu clocher.  Mon nom ? Ma nationalité (les français sont très mal vu en Australie) ? Les cascades ? Le Visa touriste ? Mais bon…. je suis là. Il est 5h du matin, et me voilà confrontée pour la première fois aux tarifs australiens.

Apparemment il y a une navette, mais nous sommes dimanche donc la première est à 8h du matin et surtout c’est 20$. Je faisais la radine hier en me disant qu’1€ pour faire 25mn de route c’était quand même une somme (j’exagère un peu bien sûr).” Ca y est Anissa ton budget voyage va disparaître en un rien de temps”. Il y a ce monsieur polonais qui me demande si la navette est passée je lui explique qu’elle arrive à 8h mais que si un bus passe je le préviens, de son côté il va essayer de trouver une solution. 20mn plus tard un italien sort de l’aéroport et m’interpelle : “y’a pas de bus avant 8h, viens on partage un taxi”  , je me dis que j’ai pas vraiment le choix… Je préviens le polonais qui est touché de l’attention. On rentre à 3 dans le taxi, ils vont à la même auberge, pas moi. Le polonais demande à ce qu’on me dépose en premier. Arrivés je demande combien je dois donner, le polonais m’explique qu’il est en voyage d’affaire et qu’il se fera rembourser il me dit “donne juste 5$” (la course était déjà à 26$). Je le remercie chaleureusement.

Une auberge chelou (louche*) : le Frogshollow

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

J’aurais du me douter avec ce nom que ce serait une auberge de français… par français j’entends “qui accueille un majorité de français”. Cette auberge est la plus chère de mon voyage mais soyons honnête, pas la plus propre. Je dois attendre quelques heures pour faire mon check-in, et je m’endors comme une grosse masse sur le canapé. Quand je me réveille à 8h du matin il y a déjà plein de monde.

J’ai enfin accès à ma chambre, et -youhou!- le vieil australien me dit que je suis “upgradée“, autrement dit j’ai une meilleure chambre que prévu. J’entre : mon dieu, c’est le bordel. Des vêtements, des shampoings, des déodorants, de la bouffe, des sacs partout. J’ai une salle de bain et des WCs dans la chambre mais la porte coulissante est cassée… donc il faut la porter pour fermer et ouvrir. La douche : pleine de poils et de cheveux. Je pose mon sac et dors jusqu’à 17h.

Il y a tellement de bruit dehors que je finis par me lever. Je vais faire un tour sur Mindil Beach apparemment y’a un marché et la nourriture y est très “cheap”/bon marché.  Je marche donc en direction de la plage et j’admire un des plus beaux ciels de ma vie. Je ne vois pas le coucher de soleil mais par contre le ciel devient littéralement violet et orange. C’est magnifique.

Le marché de Mindil Beach

J’arrive enfin au marché de nuit. C’est un autre monde et à la fois c’est marrant comme le concept de marché est universel. Ici on trouve des démonstrations de fouet artistique : claquement impressionnant, le monsieur enflamme ses fouets … c’est beau. On vend les fameux chapeaux de cowboy  australien et des burgers au crocodile…

Le marché a lieu tous les jeudis et dimanche soirs. On y trouve de la nourriture internationale et c’est un peu la seule animation de la ville.

Seul bémol, le lieu le plus “cheap” de Darwin vend sa crêpe salée à 16$. J’ai un vrai moment de panique. Comment finir ce tour du monde si pendant un mois, un repas australien = 5 nuits en Asie ?

OK. Il faut changer de stratégie.  J’ai fait des demandes de couchsurfing, il va falloir continuer d’essayer d’en trouver. Je ferai les courses et ne mangerai que des nouilles chinoises pendant ce mois-ci.

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

Je regarde un petit concert au marché et je rencontre cet australien qui voyage aussi, on échange une bonne heure et il me demande si j’ai besoin qu’il me dépose à mon auberge. J’accepte. Punaise, leur voiture c’est des camions (pour être plus exacte, des Jeeps). Il me dépose au Whoolworths, un des supermarchés d’Australie.

C’est cher. Très cher. Même les nouilles. “Arrête de penser en roupies Anissa”. Je fais quelques courses et rentre. Avec le wifi très nul, j’apprends une super nouvelle : j’ai un couchsurfing pour demain et pendant une semaine ! Je me détends.

En fin de soirée je discute un peu avec Cindy et Ludovic, deux français en Working / Holiday Visa. Ludo est un Geek (il y a beaucoup plus de geeks sur les routes que vous ne le pensez) et Cindy une magnifique jeune femme qui vient de rentrer du boulot. Je me sens un peu moins seule (pas à être une magnifique jeune femme hein).

Le lendemain, je dois patienter toute la journée pour rejoindre Matthew, mon hôte. En attendant, je rate le petit déjeuner et quasiment l’heure du check-out parce qu’ici on est en Australie, les horaires ne sont plus “Shanti-Shanti” : Petit déjeuner de 7h à 9h, check-out à 10h (Quand en Asie c’était de 8h à 10h avec check-out entre 11h et 12h).

Je vais faire un tour de la ville.

Des rencontres toujours plus surprenantes

Je profite donc de ma vraie première journée pour visiter le jardin botanique, la plage et le port ainsi que le centre ville. Le jardin botanique est j’imagine impressionnant pour certains, mais après être passée par la Monkey Forest en Indonésie (entre autres) il est difficile d’être vraiment émerveillée.

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

Je marche ensuite le long du port, en me renseignant sur Internet je me suis rendue compte que si tu n’as pas de voiture à Darwin, tes activités sont très – très – très restreintes. En me promenant, je rencontre Marcus. Accrochez-vous bien Marcus est officiellement la rencontre la plus atypique que j’ai faite dans ma vie.

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

Marcus est australien, il me dit qu’il va faire un bout de chemin avec moi. Je trouve ça cool (oui, en France on se méfie toujours direct et on dit non, dans le reste du monde c’est cool d’avoir ce genre de rencontres). Il me demande ce que je fais comme voyage, je lui explique et lui retourne la question :

” A vrai dire, je ne suis pas voyageur, je suis une personne disparue.”

Petit moment de silence en attendant qu’il se mette à rire. Mais non. Puis il continue :

” En fait, mes parents et la police me recherchent parce qu’ils veulent que je prenne mes médicaments, parce que tu sais je vois des personnes qui sont mortes (non, nous ne sommes pas dans le remake de 6ème sens by Anissa), et ces personnes m’accompagnent. Ils pensent que je suis fou. Mais voir des morts n’est pas nécessairement signe de folie, ça a du sens non ?”

Pour être honnête j’aurais pu paniquer, fuir et tout plein d’autres choses, mais il n’était ni agressif, ni obnubilé et il n’avait pas l’air sous substances illicites. J’ai donc continué de l’écouter tranquillement. Il m’a demandé si je trouvais qu’il était fou, je lui ai dit “peu importe tant que tu n’es ni dangereux pour toi, ni pour les autres, tu peux être ce que tu veux.”

Il m’a donc expliqué qu’il était venu à Darwin parce que l’âme de son grand-père était ici, et qu’il l’accompagnait. Il m’a parlé des soldats de la 2nde guerre mondiale qu’il voyait et m’a expliqué qu’ils lui apprenaient beaucoup sur l’histoire, et parfois même sur le futur. D’après eux, il y aura bientôt une grande catastrophe qui détruira tout la côte Est (il a aussi parlé de guerre contre les chinois mais bon ça j’ai pas trop suivi).

Arrivés devant un musée, il a proposé de me payer l’entrée : son grand-père lui a demandé de le faire, j’ai refusé poliment. D’ailleurs son grand-père m’aime bien, il a demandé à Marcus de me protéger et d’après Marcus me suivra jusqu’à Brisbane (sur Whatsapp il m’a expliqué plus tard qu’il n’avait pas revu son grand-père depuis que j’étais parti, et qu’un pote soldat lui avait dit qu’il était parti avec moi).

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

Il m’a ensuite fait visiter le parlement et la bibliothèque. A la bibliothèque il s’est lancé dans un monologue sur la religion et là c’était moins agréable pour moi, j’ai donc décidé de rentrer. On a gardé contact jusqu’à maintenant, il aime m’envoyer des prédictions et me dire que si je travaille mon “don” je pourrais aussi voir les mêmes choses que lui, il pense aussi que Dieu à de grands projets pour moi. Amen.

Je rentre près de l’auberge où j’ai laissé mon sac, je me pose dans le parc en face. Une française m’interpelle : “hey miss !” je vous présente ma plus belle rencontre en Australie. Cécile est accompagné de Donas, elle est à l’auberge, lui pas encore, on discute et elle est déçue de savoir que je pars. Je lui promets de revenir, on garde contact.

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

La suite au prochain épisode : ma semaine en Couchsurfing, ma semaine en auberge (toujours au Frogshollow mais dans un tout autre état d’esprit) et ma semaine en Helpx. Vous allez en apprendre beaucoup sur les moyens alternatifs de voyager donc ne ratez pas ça 🙂

En bref :

  • Être français en Australie, c’est quelque chose
  • C’est fou comme les gens ont un impact majeur sur la vision que tu as d’un pays. J’ai eu pas mal de mésaventure en Australie, mais les rencontres que j’y ai faites en font un de mes spots préféré durant ce tour du monde. #spoiler
  • Je veux voir des croc(r)odiles.

australie_darwin_frogshollow_anissa_voyage

Pour voir tous mes articles c’est ici ! 

*Il est possible que des fautes d’orthographe se soient cachées dans mon article :O. Je promets de relire mon article sous peu, en attendant vous pouvez m’envoyer un message XD*

Community Manager en sac à dos !

2 commentaires

Laisse un petit mot doux ;)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :